En Grèce: Référendum, Grèce. Tsipras aurait-il enfin du cran ?

Ça y est l’homme se réveille enfin, claquant la porte au nez des néo libéraux Européens en engageant son peuple dans un référendum ?
Un peu tardive comme décision, d’autant qu’il est légitime aujourd’hui de se poser la question du pourquoi un référendum, pour quelle raison exactement, avec quel aboutissement ?
Rappelons-nous qu’en 2011 Alexis Tsipras considérait que le référendum voulu à l’époque par le gouvernement Papandréou était un « tour de passe-passe pour gagner du temps ». Aujourd’hui, les rôles sont inversés le référendum voulu par le Premier ministre de la gauche radicale ne ressemblant qu’à une passation de l’échec de son gouvernement à la responsabilité du peuple grec. Pas terrible, si encore comme nous le soutenons depuis l’élection de Tsipras, il y avait une formule économique et politique, quelque chose de nouveau dans le comportement de la Grèce, capable non seulement de remettre à leur place le club fermé des néo libéraux de l’UE, tout en garantissant une nouvelle forme économique, sociale et donc politique. Mais non, rien, Tsipras restant un communiste, un gauchiste radical incapable de se remettre en cause et donc d’apporter un vent nouveau à son peuple.
N’oublions pas que si aujourd’hui la Grèce ne trouve pas de solutions « viables et intelligentes » pour sortir définitivement de sa dette, celle-ci courra Ad vitam æternam, il est donc obligatoire qu’un gouvernement dans ce pays, mais aussi dans les autres nations de l’UE, trouve des formules capables d’imaginer une vie sociale économique et politique, permettant de sortir de ce gouffre ultra libéral européen.

La création et la mise en place de ce type de formule, est le seul sens de la formation politique que je dirige, notre seule motivation étant que « tout sans exception soit avant tout créé autour de ce qui est essentiel à la vie », à commencer justement, par nos modèles politiques, sociaux et économiques. Si la Grèce employait ces formules, alors l’histoire de cette dette, des souffrances de ce peuple seraient définitivement du passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *